Philosophie

KOBIDO

Le concept du KOBIDO est issu directement de la conception chinoise et japonaise de la beauté, qui repose avant tout sur la préservation de la santé et la recherche de la longévité. Issu de l’Anma, la version japonaise du massage traditionnel chinois, le KOBIDO s’en est séparé il y a plus de 5000 ans pour constituer une pratique distincte, centrée sur le visage.

Qi ou Ki (souffle-énergie-esprit-sentiment-sensation)

Le Qi (Chine) ou Ki (Japon) est une notion des cultures chinoise et japonaise qui désigne un principe fondamental formant et animant l’univers et la vie. Le Ki est à l’origine de l’univers et relie les êtres et les choses entre eux. Il circule à l’intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies », « tanden » au Japon et « dāntián » en Chine. Il est présent dans toutes les manifestations de la nature.

Le KOBIDO vise le retour à l’équilibre du Ki, qui englobe les aspects spirituels, émotionnels et psychologiques de l’individu. Plutôt qu’une simple technique d’embellissement, le Kobido doit être perçu comme un chemin permettant de retrouver cet équilibre, considéré comme l’état suprême de la beauté. L’objectif n’est donc pas d’augmenter la circulation du Ki, mais plutôt de favoriser un retour doux et graduel vers cet état d’équilibre.

Yin et Yang

Dans la philosophie chinoise, le yin (principe féminin, en noir) et le yang (principe masculin, en blanc) sont deux catégories complémentaires, que l’on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l’univers. Cette notion de complémentarité est propre à la pensée orientale qui pense plus volontiers la dualité sous forme de complémentarité.

Les concepts de Yin et de Yang imprègnent tous les aspects du KOBIDO, car ils permettent de sentir les déséquilibres qui pourraient se manifester, de manière à les traiter efficacement pour atteindre l’état d’équilibre entre ces deux dimensions. En effet, un excès de quelque chose qui pourrait sembler positif de prime abord peut se révéler néfaste à terme.

Publicités